La Collégiale Saint Etienne

Plus ancienne église gothique de Lorraine

 

 

 

 

L’église paroissiale a été fondée vers 1077 par Henri le Bon, 23ème abbé de Gorze, elle est placée sous le patronage de St Etienne.

Elle servit d’église collégiale de la sécularisation (1572)  la Révolution.

Vu de l’extérieur elle est romane, l’intérieur est gothique.

Le bulbe surmontant le clocher, peu en rapport avec le style de l’église, a été construit en 1824 en remplacement d’une toiture à quatre pans.

 

 

La façade est ornée d’une rosace et d’un portail moderne représentant la lapidation de St Etienne. Les élévations latérales sont ponctuées de contreforts alternant avec d’étroites fenêtres simple lancette de la nef et des bas-côtés.

 

La façade romane nord est percée de deux portails :

 

 

-la petite porte autrefois réservée au clergé met en scène un jugement dernier.

 

· le grand portail, aussi appelé porte royale est précédé d’un porche de 1910 représente une Vierge accostée de deux anges thuriféraires avec à ses pieds les donateurs.

 

Le chevet, animé par les pans de l’abside, des absidioles et par les hautes fenêtres cantonnées de contreforts est particulièrement beau.

 

 

A l’intérieur, les voûtes romanes s’ouvrent et font place au gothique.

Le décor et l’ameublement anciens ont disparu. Nous devons la majestueuse boiserie en chêne sculptée du chœur datant de 1744 aux chanoines. Ces boiseries de style rocaille, encadrent six toiles représentant des scènes bibliques. Les panneaux inférieurs ornementés d’emblèmes religieux ont été mutilés pendant la Révolution en 1793. Les deux crédences sont du XVIIIème siècle. Le maître-hôtel et les hôtels des absidioles datent de 1860. Les vitraux du chœur sont l’œuvre de Rémy de 1861. La plupart des vitraux ont été détruit lors de la dernière guerre. Dans le chœur, reposent Henri le Bon abbé le fondateur de l’église côté Evangile et l’abbé de Chevreau  dernier doyen du chapitre côté Epître.

 

 

Un Christ en bois polychrome attribué à l’école de Ligier Richier est suspendu dans le bas-côté nord, au-dessus de la porte royale. Le millésime 164 gravé au bas de la croix indique une restauration.

 

L’orgue actuel de  1910 est l’œuvre du facteur Haerpfer en remplacement d’un orgue Dalstein Haerpfer de 1882. Avant cet instrument, l’église possédait un orgue construit par le facteur lorrain Joseph Dupont (1721-1792) qui ce trouve désormais dans l’église d’Hinckange près de Boulay.

 

 


Réagir

CAPTCHA